Delbo, une connaissance bien nécessaire

Lecture Scénique

lecture scenique charlotte delbo mots a la bouche

Présentation de la lecture scénique

« Nous serions si heureux ensemble
Sur nous l’eau se refermera
Mais vous pleurez et vos mains tremblent
Aucun de nous ne reviendra »

Guillaume Apollinaire, La maison des morts (extrait) Alcools, 1913

C’est ce vers d’Apollinaire que Charlotte Delbo choisit pour titre de son premier ouvrage consacré à son séjour à Auschwitz-Birkenau de 1943 à 1945 : « Aucun de nous ne reviendra, paru en 1965 aux éditions Gonthier. Par la suite cette œuvre deviendra le premier opus d’une trilogie intitulée « Auschwitz et après », suivi d’un quatrième tome, posthume « La mémoire et les jours » publié l’année de sa mort, en 1985.

Lire la suite

« A Auschwitz, (…) quand je récitais un poème, quand je racontais un livre ou une pièce de théâtre à mes camarades autour de moi, tout en bêchant la boue du marais, c’était pour me garder en vie, pour garder ma mémoire, pour demeurer moi-même, m ‘en assurer. Cela ne réussissait jamais à annuler, même une seconde, le moment que je vivais (…). La réalité était là, mortelle. Impossible de s’en abstraire ».

(La mémoire et les jours p.12)

Vendredi 10 mai dès 18heures, à la Librairie Les Parleuses de Nice, un public nombreux s’est pressé dans la partie « café » de la librairie pour écouter les lectrices des Mots à la bouche, Anne et Maud, accompagnées par Franck à la régie son, venues faire connaître les écrits de Charlotte Delbo, femme d’exception, résistante et déportée à Auschwitz-Birkenau puis Ravensbrück pendant 27 mois et surtout autrice absolument remarquable.
   C’est un panorama de l’ensemble de son œuvre qui a été proposé à l’assistance, mêlant poésie, prose et prose théâtrale. L’objectif était de donner l’envie d’aller par la suite à la source pour se plonger dans cette écriture si originale. Récemment, les éditions de Minuit ont ressorti en deux tomes les trois premiers textes de Charlotte Delbo constituant la trilogie « Auschwitz et après », à savoir
« Aucune de nous ne reviendra I« , « Une connaissance inutile II« , et « Mesure de nos jours III ». Certains de ses livres ont abordé la question du retour de ces survivantes et de leur impossible retour à « la normale ».

Tous ceux qui se sont penchés sur ces textes disent ne plus être les mêmes après cette lecture ; elle ne prétend pas vous tirer des larmes ni user de pathos, elle tente de donner à voir ce qu’était cette réalité du système concentrationnaire nazi. Il a été évoqué son indignation continuelle et sa révolte contre toutes les injustices et oppressions infligées à tous les peuples, dans tous les pays, et qui ont donné lieu inlassablement à des écrits de sa part. C’est la parole d’une femme vraiment hors du commun qui a pu être mise en valeur, faisant suite à la rencontre la semaine précédente avec Valentine Goby, jeune autrice qui vient de consacrer un très beau livre à Charlotte Delbo  « Je vous promets d’éclatantes revanches » dont la version en poche vient de sortir aux éditions Actes Sud.
   Ces lectures étaient rythmées par de courtes séquences musicales de Mikis Théodorakis, Albeniz, Wim Mertens, le groupe de chants occitans a cappella, Marombrina, et bien d’autres.
La séance de lecture s’est terminée par des échanges avec l’assistance. La salle ne s’est vidée que très lentement car on a pu encore profiter du bar et des propositions « de bouche » maison.

Vous croyez que je sais des réponses.
Je ne sais que les évidences
La vie
La mort
La vérité. Je reviens de la vérité.
Car là-bas tout était vrai
Tout était vrai de vérité mortelle
Net, coupant, sans ombre ni mesure
Cruauté pure, horreur pure. (…)
Qui rapportera ces paroles ?

Prologue

Portfolio

guillaume appolinaire charlotte delbo connaissance bien necessaire
guillaume appolinaire charlotte delbo connaissance bien necessaire
guillaume appolinaire charlotte delbo connaissance bien necessaire