Voici un texte court de Philippe Delerm, ‘L’inhalation‘.

Philippe Delerm, ‘La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules’

Editions Gallimard, collection L’Arpenteur, 1997, p.24 à 26

L'inhalation

par Philippe Delerm, lu par Benoit

Ah ! Les petites maladies de l’enfance qui vous laissent quelques jours de convalescence, à lire au lit des Bugs Bunny ! Hélas, quand on vieillit, les plaisirs de la maladie deviennent rares. Il y a le grog, bien sûr. Prendre un bon grog corsé tout en se faisant plaindre est un moment précieux. Mais plus subtil peut-être est la volupté de l’inhalation.

On ne s’y résout pas tout de suite. De loin, l’inhalation paraît amère, vaguement vénéneuse. On l’assimile aux gargarismes, qui laissent dans la bouche un goût fade et cuivré. Mais après tout, on est si mal, la tête lourde et prise. […]

Le flacon de Fumigalène est là, sur l’étagère, à côté des sachets de tilleul et de thé. Sur l’étiquette, un profil démodé happe avec délice une volute de fumée blanc neige. C’est cela qui décide : cette impression de renouer avec un rituel démodé.

On fait chauffer de l’eau. Autrefois, on avait un inhalateur en plastique dont les deux parties se déboitaient toujours et qui laissaient des cernes sous les yeux. En éloignant un peu son livre, on pouvait même lire. Mais maintenant, on a perdu cet appareil, et c’est encore mieux. Il suffit de verser l’eau bouillante dans un bol, d’y ajouter une cuillère de ce liquide doré, translucide, qui aussitôt versé diffuse un nuage verdâtre, pois cassé. On se couvre la tête d’une serviette éponge. Voilà. Le voyage commence, et l’on est englouti. De l’extérieur, on a toutes les apparences de quelqu’un qui se soigne sainement, avec une énergie mécanique et docile. En dessous, c’est autre chose. Une sorte de ramolissement cérébral gagne, et on plonge bientôt dans une moiteur confuse. La sueur monte aux tempes. Mais c’est à l’intérieur que tout se joue. Une respiration régulière, profonde, apparemment vouée à la libération méthodique des sinus, initie au pouvoir du Fumigalène pervers. Parfaitement immobile, on erre délicieusement avec des gestes d’une ampleur amphibienne dans la jungle pâle du poison vert tendre. L’eau vient de la fumée, la fumée vient de l’eau. On se dilate dans l’évanescence, et bientôt la torpeur. Tout près, très loin, des bruits de repas préparé viennent d’un monde simple. Mais immergé dans la vapeur des fièvres intérieures, on ne veut plus lever le voile.